Panier

Votre panier est vide

mars 02, 2020 3 translation missing: fr.blogs.article.read_time

D’accord, d’accord, la fast fashion c’est mal. On vous l’a dit, répété, vous l’avez vu et lu partout. Vous avez même sûrement versé une petite larme devant The True Cost. En théorie, vous êtes complètement convaincus qu’il faille ajuster ses habitudes pour consommer mieux. Mais alors, on fait comment ?

 

  1. On repense la relation que l’on a avec ses vêtements

Repenser sa façon de consommer la mode, c’est se poser les bonnes questions. On a en effet tous appris à faire du shopping par plaisir, par confort, comme une occupation sympa à faire pendant son temps libre. On le fait même parfois pour se sentir mieux, après une sale journée. La science a prouvé que l’acte d’achat nous envoie une dose d’endorphines dans le cerveau, l’hormone du bien-être et du plaisir. Pas étonnant que l’on cherche à le faire toujours plus !

Sauf que finalement, de combien de jeans bleus clairs avons-nous vraiment besoin ? Lorsque l’on fait l’inventaire de sa garde-robe on retrouve souvent cette petite chemise en lin qu’on avait achetée il y a quelques mois sur un coup de tête mais que l’on n’a finalement jamais portée. Pas de jugement, c’est vrai qu’il est beau ce pantalon taille haute en velour rouge. Nous aussi on aimerait l’avoir dans notre placard.

La prochaine fois qu’une pièce vous tape dans l’oeil dans un magasin ou en ligne, il est bon de se demander:

  • Ai-je vraiment besoin de ce vêtement ?
  • Vais-je le porter ? Si oui, suis-je capable de me voir le porter au moins 30 fois ? #30wears

Si la réponse est non, il y a des chances pour que ce vêtement que vous désirez tant se retrouve au fond du placard, sans amour et sans amis (désolé pour toi, pantalon en velour rouge).


  1. Acheter auprès de marques durables et éthiques

La mode éthique est devenue un véritable mouvement et si à l’époque s’habiller responsable rimait souvent avec sarouel en chanvre, aujourd’hui il y a une pléthore de marques de mode éthiques ET stylées. Des chaussures (coucou, c’est nous) aux pulls, en passant par les jeans, ce n’est plus l’offre qui manque. Et comme il n’est pas toujours facile de trouver ces marques, de plus en plus de plateformes, guides et initiatives répertorient ces marques et labels afin de rendre notre quête du style durable plus facile. C’est le cas par exemple de Wedressfair, de SloWeAre ou encore de DreamAct.


  1. Acheter de seconde main

On vous voit déjà faire la moue en vous imaginant perdu dans un Emmaus de bordure d’autoroute. La fripe a une mauvaise réputation qui résiste comme les Gaulois. Mais quand on vous parle de seconde-main, on parle de belles pièces de belles marques. Les dépôt-ventes pleins de merveilles de grand-mère rentrent dans cette catégorie. Il est vrai que s’habiller vintage nécessite un peu d’entraînement. L’activité peut vite se transformer en chasse au trésor. Mais qui n’aime pas les chasses au trésor ?

Pour s’initier au monde de la fripe, il est souvent plus facile de commencer par choisir une belle pièce un peu originale pour laquelle on a un coup de coeur et la mélanger à ses basiques. On y va étape par étape : d’abord une veste bomber, puis un Levis 501 et bientôt des boots de motard !

 

  1. Troquer/revendre

Parfois, l’envie de changer de look devient trop forte. C’est vrai qu’à force de porter les mêmes vêtements il est facile de se lasser. La solution ? Le troc ! Ou bien simplement de revendre vos vêtements pour utiliser les fonds récupérés pour racheter de nouvelles pièces, lors d’un vide-dressing par exemple. L’intérêt de ces pratiques, friperie inclue, est de ne pas acheter neuf, de continuer à utiliser les pièces déjà créées et déjà sur le marché (la plupart du temps en parfait état).

Il y a pleins de guides sur Internet qui expliquent comment organiser son vide-dressing ou son “swap”, l’expression anglaise pour dire troc (ça sonne toujours mieux en anglais).

***
Et vous, comment vous faites pour vous habiller éthique ? Dites-nous tout en commentaires !